L'hydratation

Publié par Mathieu Gosselin — le mercredi 07 octobre, 2015 à 00:00

Le corps humain est constitué d'environ 60 % d'eau. Ce n'est donc pas surprenant que l'hydratation influence autant la performance sportive !

Lors d'une activité physique, le réchauffement du corps humain augmente les pertes en eau et la transpiration n'est que le reflet visible de ces pertes. L'hydratation, en plus de jouer un rôle dans le maintien de la température corporelle, permet de régulariser le volume sanguin et les fonctions cardiovasculaires.

Il n'est pas toujours évident de savoir quand, quoi et en quelle quantité boire. Habituellement, on attend d'avoir soif avant de se réhydrater et il est déjà trop tard à ce moment-là.

En effet, lorsque la sensation de soif apparaît, on a déjà subi une perte de la masse corporelle d'environ 1 % à 2 %. Une telle perte entraîne une diminution d'endurance à l'effort et un sentiment d'inconfort. Des symptômes plus importants (bouche sèche, rougeurs sur la peau, nausées, léthargie, détérioration importante de la performance athlétique) apparaissent lorsque la perte de masse corporelle varie de 3 % à 4 %. La soif est une sensation correspondant à un besoin de l'organisme en eau et cette sensation peut être inhibée avant que le corps ne soit complètement réhydraté. Donc attention, ne plus ressentir la soif ne veut pas dire être suffisamment réhydraté.

 

Lors d'activités d'endurance de 60 minutes ou plus, il peut être avantageux de consommer des boissons sportives plutôt que de l'eau. La concentration idéale en glucides devrait être entre 4 % et 8 %. Une boisson trop sucrée peut engendrer des malaises gastriques.

Il est important de développer de bons réflexes : boire régulièrement durant l'entraînement et la compétition. Il faut toujours garder en tête que la soif n'est pas un bon guide.

Partager cet article