X

Nos cliniques sont ouvertes

Étant considérés comme un service essentiel, nos cliniques demeurent ouvertes.

Soyez assurez que nous prenons toutes les mesures sanitaires nécessaires afin d'offrir un service sécuritaire.

Prendre un rendez-vous

Conditions

Engourdissements

Un engourdissement est un symptôme fréquemment rencontré et traitable en physiothérapie.

Il est fort probable qu'à un moment ou un autre de votre vie, vous ressentiez des engourdissements. Plusieurs n'y portent pas attention. En général, ces sensations ne durent jamais assez longtemps pour inquiéter qui que ce soit. Par contre, à l’occasion, ces engourdissements persistent et sont combinés à des douleurs. C'est alors que la situation devient inquiétante pour plusieurs.

Avez-vous déjà eu la mystérieuse sensation de ne plus ressentir votre bras ou votre main en vous levant au beau milieu de la nuit? Cette exemple classique d'engourdissent est fréquent et ne nécessite pas de consultation médicale.

En revanche, des engourdissements constants aux deux mains sans explication valable pourraient être une situation qui nécessite de consulter un médecin.

Dans cette capsule, vous en apprendrez davantage sur les engourdissements, causes, facteurs de risque et différents traitements qui sont offerts en physiothérapie.

 

Définition et description

Les engourdissements font partie d'une catégorie de symptômes appelée les paresthésies, ou sensations altérées.

Il s'agit de la perception du manque de sensibilité, qu’il soit question d’une réelle perte de sensibilité (hypoesthésie) ou non.

Par exemple, lorsqu'un dentiste effectue une procédure chirurgicale, il vous gèle avec un médicament anesthésique. La sensation d'engourdissement aux lèvres qui s'en suit est bien réelle et elle est associée à une perte de sensibilité temporaire de la région visée. Cet exemple illustre bien la sensation d'engourdissement avec une réelle perte de sensibilité.

Les engourdissements sont souvent accompagnés de picotements, brûlures, fourmillements, chocs électriques et d’une faiblesse musculaire. On les retrouve dans de nombreuses conditions musculosquelettiques comme la hernie discale, le syndrome du tunnel carpien, l’arthrose lombaire et cervicale, les engelures, le syndrome du défilé thoracique et suite à une chirurgie.

Les nerfs sont les responsables de ces sensations étrangères. La localisation des engourdissements renseigne le physiothérapeute sur la cause possible des paresthésies. Si le pouce est engourdi, par exemple, votre thérapeute peut penser que la racine de C6 au niveau cervical est en cause. Cette association de la région affectée à une racine se nomme un dermatome. Plus l’engourdissement est à une extrémité du corps, plus la cause est précise. Bien sûr, ce n’est pas toujours aussi simple et il y a des variations entre les personnes. C’est pour cette raison que le physiothérapeute ne se fie pas uniquement à la localisation de l’engourdissement pour en trouver la cause.

 

Causes

Les engourdissements sont causés, la plupart du temps, par un stress au nerf. Ce stress peut être de nature mécanique ou chimique.

Parmi les insultes mécaniques, on retrouve les coups directs (funny bone), les lacérations, la compression et la traction sur le nerf ou une racine nerveuse.

Les causes chimiques d’engourdissement sont un manque d’apport vasculaire au nerf, de l’inflammation, la température, une douleur référée d’une autre articulation et des effets secondaires médicamenteux.

Lorsqu’une structure, comme une surface articulaire d’une vertèbre, est irritée en raison d’arthrose cervicale par exemple, la douleur peut être accompagnée d’engourdissements à l’extrémité du membre du même côté que la douleur au cou. Ce symptôme peut persister même suite à la réduction complète de la douleur au cou. C’est le même principe pour la région lombaire qui peut référer des engourdissements dans le pied.

Les engourdissements qui surviennent après un long trajet en voiture, avoir dormi sur son bras ou une pause prolongée aux toilettes constituent des exemples de compression temporaire sur un nerf.

Tous les exemples de causes ne sont pas aussi évidents que ces derniers. En effet, un travailleur de bureau qui passe plusieurs heures devant un ordinateur peut avoir des engourdissements dans les doigts sans compression externe.

Les muscles tendus, le maintien d’une mauvaise posture, des manques de mobilité articulaire ainsi qu’un manque de souplesse sont tous des facteurs qui contribuent à stresser un nerf, tout au long de son trajet. Ces facteurs de risque s’additionnent et causent des engourdissements.

Par exemple, il peut y avoir une raideur importante aux muscles du cou sans qu’il n’y ait de symptômes encore. Si vous utiliser davantage la souris d’ordinateur pendant quelques semaines ou qu’on vient de vous retirer un plâtre au coude après une immobilisation prolongée, vous pourriez développer une raideur aux muscles de l’avant-bras. Dans ce cas, on se retrouve avec deux points de compression sur le trajet du nerf et il y a plus de risque d’avoir des engourdissements. La combination de deux facteurs de compression sur votre nerf se nomme : le syndrome du double écrasement.

Après un trauma, l’inflammation qui en résulte prend de l’expansion. Ceci crée une compression sur les tissus mous avoisinants, notamment sur les nerfs. C’est une des raisons qui explique les engourdissements après une entorse sévère à la cheville, une fracture ou après une chirurgie. Dans le cas d’une chirurgie, il se peut que des nerfs sous-cutanés de petit calibre aient été endommagés pendant la procédure.

La plupart du temps, les dommages causés à un nerf sont des neurapraxies, soit un blocage partielle physiologique. La guérison se fait rapidement lorsqu’on retire le stresseur. Un stress plus important au nerf (axonotmèse) peut provoquer une faiblesse musculaire. Ceci peut modifier votre façon de marcher si la faiblesse est au mollet ou si vous avez un pied tombant. Avec une blessure traumatique où le nerf a été sérieusement endommagé, la guérison se fait d’environ 1mm par jour.

Lorsque le médecin suspecte une atteinte importante de votre nerf, il pourrait vous envoyer passer un test de conduction afin d’en vérifier l’intégrité. Il s’agit d’un EMG.

 

TRAITEMENTS

Pour résorber les symptômes d’engourdissement, il faut cibler adéquatement les causes. Après l’évaluation initiale en physiothérapie, votre thérapeute pourra entamer les traitements appropriés.

Voici quelques traitements offerts par le physiothérapeute:

La thérapie manuelle orthopédique avancée : Des techniques manuelles de mobilisation des articulations, du relâchement musculaire, des techniques d’énergie musculaire.

Des mobilisations neurales : Le nerf responsable des engourdissements sera souvent sensible à l’étirement. Des techniques de mobilisation du nerf sont effectuées afin de désensibiliser le tissu neural. Il s’agit d’étirements spécifiques faits en clinique et dont votre physiothérapeute pourra vous enseigner afin de les reproduire à la maison en exercice.

La méthode McKenzie : Des mouvements répétés de la région cervicale ou lombaire peuvent éliminer les engourdissements et les douleurs qui sont référées par la colonne vertébrale. Ces mouvements vous seront donnés en exercice à la maison selon la quantité prescrite par le physiothérapeute.

L’éducation : Probablement l’outil le plus efficace du physiothérapeute. Des conseils sur la posture, l’application de glace ou de chaleur, sur la source de vos symptômes et sur la bonne exécution des exercices vous permettront de comprendre votre problème et de participer activement à la résolution de celui-ci.

Vous désirez rencontrer un spécialiste?

Prendre rendez-vous