Les commotions cérébrales

Publié par Mathieu Gosselin — le mercredi 07 octobre, 2015 à 00:00

Définition

La commotion cérébrale est définie par un changement au niveau des fonctions cérébrales (langage, mémoire, concentration, coordination, etc.) suite à un contact direct ou indirect sur la tête.

Le choc direct survient lors d'un contact à la tête avec une autre personne ou avec un obstacle environnant. Le choc indirect est un impact au visage ou encore au niveau du corps provoquant un mouvement brusque et rapide de la tête.

Signes et symptômes

La commotion cérébrale engendre une variété de symptômes non-spécifiques. Chacun d'entre eux doit être pris en considération. Il est faux de croire que la commotion cérébrale n'arrive que s'il y a perte de conscience.

 

Problèmes au niveau mental  Plaintes de l'athlète  Autres problèmes
  • Désorientation (temps, moment, espace)
  • Confusion
  • Trouble de la mémoire
  • Perte de conscience
 
  • Maux de tête
  • Étourdissement
  • Sentiment d'avoir été sonné
  • Apparition de flash de lumière/étoile
  • Bourdonnement dans les oreilles
  • Trouble du sommeil
  • Vision embrouillée/double
  • Nausée, vomissement
 
  • Diminution de la performance
  • Diminution de la coordination
  • Trouble d'élocution
  • Émotion bizarre
  • Difficulté de concentration

Réaction

  • L’athlète doit cesser immédiatement la pratique du sport  sinon, il risque d’aggraver ses symptômes voire de subir des lésions plus graves. La période de récupération nécessaire sera alors d’autant plus longue.
  • L’athlète doit aviser  l’entraîneur/thérapeute/parent : ne jamais rester sans surveillance après l’incident.
  • L’athlète doit consulter un médecin ou un thérapeute dans les plus brefs délais.

Temps de convalescence

  • Les symptômes durent en moyenne de 7 à 10 jours.
  • L’athlète ne devrait jamais retourner au jeu s’il présente encore des symptômes. L’équipe médicale doit absolumentdonner son accord pour garantir la sécurité de l’athlète.

Traitement

  • Repos complet jusqu’à la disparition des symptômes : les symptômes d’une commotion cérébrale sont aggravés par l’effort physique et mental (ex : lire, travailler, jouer aux jeux vidéo/ordinateur, travaux scolaires).

Reprise de la pratique du sport

  • La reprise graduelle de l’activité physique ne peut débuter que lorsque l’athlète ne présente plus aucun symptôme de la commotion cérébrale. Le retour au jeu doit se faire par étape (voir ci-dessous). Il faut laisser au moins 24 heures entre chaque étape. L’athlète recule d’une étape en cas de réapparition des symptômes et doit attendre au minimum 24h en plus de la disparition complète des symptômes avant de reprendre la réhabilitation, celle-ci est donc d’environ 7 jours au minimum.
  1. Repos complet jusqu'à disparition des symptômes
  2. Exercice léger 10-15 minutes  (marche / vélo)

  3. Activité propre au sport (hockey = patin, football = course) 20-30 minutes sans contact

  4. Entraînement spécifique sans contact (sur le terrain avec ballon, lancer au filet, parcours de course)

  5. Entraînement sur le terrain avec contact physique (avec l’accord du médecin ou du thérapeute de l'équipe)

Retour au Sport

Autres informations pertinentes

  • Ne pas consommer d’alcool.
  • Ne pas prendre de médication pour le sommeil.
  • Ne pas conduire.
  • Pour savoir si un médicament pourrait vous aider, il demeure essentiel d’avoir un avis médical d’un spécialiste

Partager cet article